Celui qui est chef laisse-le être un pont.

Dicton de Bran Mabinogion

Charles PERRAULT

Charles PERRAULT

Actualité

   

Bibliographie

  • Les Murs de Troie ou l'origine du Burlesque
  • Portrait d'Iris
  • Ode sur la paix
  • Ode sur le mariage du Roi
  • Dialogue de l'amour et de l'amitié
  • Le Parnasse poussé à bout
  • Courses de têtes et de blagues faites par le Roi et par les Princes et Seigneurs
  • Critique de l'Opéra
  • Harangue faite au roi après la prise de Cambrai
  • Epître chrétienne sur la pénitence
  • Le Siècle de Louis le Grand
  • Ode de Mgr le Dauphin sur la prise de Philisbourg
  • Au Roi, sur la prise de Mons
  • La Création du Monde
  • Ode du Roi
  • L'Apologie des Femmes
  • L'idylle à Monsieur de la Quintinie
  • Les Hommes illustres qui ont paru en France
  • Adam ou la création de l'homme
  • Portrait de Bossuet
  • Traduction des Fables de Faërne
  • Ode au Roi Philippe V, allant en Espagne
  • Ode pour le roi de Suède
  • Le Faux Bel Esprit
  • Barbe Bleue
  • La Belle au Bois dormant
  • Cendrillon
  • Le Petit Chaperon Rouge
  • Le Petit Poucet
  • Riquet à la Houppe
  • Mémoire de ma vie (posthume)
  • L'Oublieux (posthume)
  • Les Fontanges (posthume)

Biographie

Charles Perrault, est un célèbre homme de lettres français du XVIIe siècle connu pour ses Contes de ma mère l’Oye. Né en 1628 dans une famille bourgeoise, il fait des études littéraires et de droit. À l’âge de 35 ans il devient l’homme de confiance du ministre Colbert pour qui il est Grand commis. Il commence alors à publier des œuvres galantes ou parodiques et devient membre de l’Académie française en 1671. Quelques années plus tard, son protecteur Colbert décède et Charles Perrault tombe en disgrâce. Il se consacre alors à l’éducation de ses enfants. Il meurt en 1703, laissant derrière lui ses Histoires et Contes du temps passé (Contes de ma mère l’Oye, 1697), qui le rendent célèbre et donnent un nouveau soufflent au style littéraire des contes de fées.

Nous suivre
Les plus
Communauté
Catégorie de blog